LOUIS

Lorsque j'écris ces lignes, Louis vient d'avoir 16 mois. Ses grands yeux bleus, qui sont aussi ceux de sa maman, s'inscrivent bien dans notre lignée ancestrale.

C'est déjà un séducteur, un des traits parait-il du caractère des Louis qui seraient également enthousiastes, volontaires, curieux et communicatifs.

Enfant, je contemplais souvent la girouette du clocher de l'église qui dominait la ferme de mes grands-parents. J'ignore la raison de cette fascination, désir d'évasion peut-être, pleine d'une douce mélancolie qui, selon Victor Hugo, est "le plaisir d'être triste". Quoiqu'il en soit, cette girouette est victime d' une mauvaise réputation injustifiée car ce n'est pas elle qui change mais le vent dont elle se borne à montrer la direction. Bons ou mauvais, elle les indique tous et mon grand-père savait interpréter sans erreur ses mouvements giratoires.

Bon vent donc à mon petit Loulou qui lorsqu'il verra cette girouette cherchera l'âme de son grand-père Robert qui volette autour du clocher et dans les champs et bois alentour.

Que cette terre et ses fantômes familiers lui apportent la sérénité et l'art de dominer le temps. 

.